Comment l'électricité est-elle produite sur les îles (ZNI) ?

il y a 24 jours   •   5 minute de lecture

Par Emmanuel Sire
Table des matières

La France dispose de plusieurs territoires à travers le monde, très différents les uns des autres en termes de sources d’énergie. La politique énergétique française est définie par une forte solidarité.

Pour illustrer, en ce qui concerne le TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité), les coûts de réseaux électriques sont tous mutualisés, entre le territoire métropolitain et ceux d’outre mer. C’est ce qu’on appelle la péréquation tarifaire.

Pourtant, les coûts de production de l'électricité et d’utilisation des réseaux ne sont pas les mêmes. Ces territoires sont appelés des Zones Non Interconnectées et nous allons voir de quelle manière leurs caractéristiques climatiques et géographiques impactent leurs systèmes énergétiques.

Qu'est-ce qu’une Zone Non Interconnectée (ZNI) ?

Zone Non Interconnectée (ZNI) - Définition

Les zones non interconnectées (ZNI) sont les territoires français non reliés au réseau électrique métropolitain continental. Ces territoires sont les suivants :

  • La Corse ;
  • Les régions d’outre-mer : Guadeloupe, La Réunion, Mayotte ;
  • Les collectivités territoriales : Martinique, Guyane française, Saint-Martin, Saint-Barthélemy ;
  • Certaines collectivités d’outre-mer : Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna notamment ;
  • Les îles du Ponant : les îles de Sein, Molène, Ouessant et Chausey.
carte monde électricité
Source : CRE

À noter que la Polynésie française et la Nouvelle Calédonie disposent d’un autre statut et ne sont donc pas des ZNI.

Dans ces territoires, le coût de production de l'électricité est souvent plus cher qu’en métropole mais il peut varier de manière importante d’une île à l’autre. De plus, ces territoires manquent d’interconnexions ce qui augmente la tension sur le réseau électrique.

graphique couts de production
Source : CRE

Bien souvent la petite taille des systèmes électriques nécessite de recourir à des solutions technologiques émettrices de CO2 (charbon, groupe électrogène…). C’est la raison pour laquelle ses territoires disposent d’une régulation particulière.

Les ZNI : une preuve de solidarité nationale en matière d'électricité

La péréquation tarifaire assure une égalité des coûts payés au titre de l’utilisation des réseaux entre les clients, peu importe leur situation géographique. Il s’agit là de l’un des principes qui structurent le TURPE.

Ce sont les charges de service public de l’énergie (CSPE) qui compensent la différence de coût entre les régions.

Au-delà de ces caractéristiques tarifaires, ces différents territoires peuvent grâce à la réglementation européenne s’affranchir de certaines règles. Ils peuvent ainsi créer un cadre réglementaire particulier qui leur est propre. Dans la loi, ces territoires peuvent être considérés comme de "petits réseaux isolés” et ainsi s'affranchir de la règle de dissociation des gestionnaires de réseaux aux entreprises intégrées d’électricité (en France ENEDIS est séparé d’EDF).

Quelle transition énergétique pour les ZNI ?

La place des énergies fossiles dans les ZNI

Actuellement les ZNI importent de manière importante des énergies fossiles pour alimenter les différents sites de consommations et leurs clients.

Comme pour tout système électrique, ces petits réseaux se doivent d’équilibrer l'offre et la demande en temps réel.

Généralement les technologies de pointe, c'est-à-dire celles qui peuvent répondre à une demande importante de manière rapide, sont souvent d’origine fossile (à l’image des turbines à fioul qui ne nécessitent ni vent ni soleil). Cela peut compenser les défauts de production insulaires qui peuvent survenir dans ces territoires.

Les ZNI sont donc en grande majorité dépendantes du gaz, du charbon et du fioul importé plus qu’en Métropole où la technologie nucléaire est majoritaire.

La transition énergétique est donc un enjeu important pour ces îles, qui sont les plus exposées aux effets du réchauffement climatique.

Le développement de solutions bas carbone dans les ZNI

L’enjeu de la transition énergétique est donc de taille. Ces territoires disposent parfois d’un potentiel intéressant en termes d’énergie renouvelable et cela leur permettrait d'accroître leur autonomie énergétique.

La loi relative à la transition énergétique (nᵒ 2015-992 du 17 août 2015) a instauré une PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) propre à chaque ZNI.

La programmation pluriannuelle de l’énergie est une véritable feuille de route pour les investissements et le paysage énergétique de demain. Il s’agit d’un outil de pilotage qui est décrit de la manière suivante par le gouvernement :

“Il s'agit d'un document qui exprime les orientations et priorités d’action des pouvoirs publics pour la gestion de l’ensemble des formes d’énergie sur le territoire métropolitain continental, afin d’atteindre les objectifs de la politique énergétique"

Si l’on étudie la PPE de Guyane par exemple, on peut y trouver les éléments suivants :

  • L'installation de 20 MW supplémentaires de puissance garantie dans l'Ouest d'ici 2023.
  • Le lancement d’actions d'expérimentation pour l'électrification rurale (autoconsommation, stockage, …) et d'appels d'offres pour encourager le développement de solutions locales d'électrification à partir d’énergies renouvelables à Maripasoula, Grand Santi, Régina et Papaïchton.

Dans chacune de ses PPE il est question de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que de développer les véhicules publics électriques et l’autoconsommation.

Le manque d’interconnexion et de solutions de stockage remettent en cause les stratégies 100% ENR dans ces territoires. Au prix de certains compromis de société et de production d’énergie, le scénario 100% ENR est réalisable comme le montrent les différentes PPE.

chiffres scénarios zni
Source : ADEME

Sur le graphique ci-dessus, les scénarios suivants montrent des situations très différentes d’un territoire à l’autre, que ce soit en termes d’investissements, de source d’énergie ou de coût final de production.

évolution production diesel vers autonomie zni
Source : ADEME

Un des critères importants de réussite de la transition énergétique sera l’autonomie des ZNI vis-à-vis des importations de combustibles. On voit qu’aujourd’hui que des îles comme la Martinique et la Corse sont encore largement alimentées en Diesel. L’un des principaux objectifs de cette transition est de s’affranchir de ces moyens de production pour la rendre en accord avec les accords de Paris.

Loin d'être oubliés les ZNI bénéficient de certaines exceptions et exemptions françaises. Ces territoires participent au rayonnement de la France à travers le monde, il est donc tout à fait logique de les voir intégrer au système national de l'électricité (TRV, TURPE…).

L’avenir nous dira si les choix de politique publique sont aujourd’hui les plus pertinents car les défis à relever pour ces ZNI sont à la fois ambitieux mais également complexes à faire accepter sur tous les territoires.

Contactez-nous

Vos données sont uniquement utilisées pour nous permettre d'établir des conseils énergétiques et vous les communiquer. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

Cet article vous a intéressé ?
Partagez-le ! ☺️