Le réchauffement climatique est-il réversible ?

il y a 24 jours   •   7 minutes de lecture

Par La Rédaction
Table des matières

Ces trente dernières années, le réchauffement climatique est devenu un sujet de préoccupation majeur pour nos sociétés. Pour autant, ce qui inquiète le plus la communauté scientifique mondiale, ce ne sont pas tant les phénomènes que nous observons quotidiennement mais leur signification. Ce qui les inquiète, c’est le risque d’atteinte d’un point de non-retour. Le changement climatique est irréversible mais peut être atténué.

Dans cet article nous allons comprendre la notion de réchauffement climatique, la cause principale, les activités responsables du réchauffement climatique et les solutions pour lutter contre ce dernier.

climate change

Qu'est-ce que le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est un phénomène global de transformation du climat caractérisé par une augmentation générale des températures moyennes (notamment liée aux activités humaines), et qui modifie durablement les équilibres météorologiques et les écosystèmes.

Quelle est la cause principale du réchauffement climatique ?

Selon le site du Ministère de la Transition écologique, la cause principale du réchauffement climatique est due aux activités de l’homme.

Le gouvernement s’appuie sur les travaux du GIEC qui précise notamment que l’effet de serre qui existe naturellement, et sans lequel la vie sur Terre ne serait pas possible, s’est intensifié ces cinquante dernières années du fait des émissions dues à la combustion des énergies fossiles (pétrole, gaz naturel et charbon) et à l’exploitation des terres.

Parmi les gaz à effet de serre (GES), dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4), protoxyde d’azote (N2O), hexafluorure de soufre (SF6), le CO2 est responsable de 63% du réchauffement causé par l’homme.

Depuis le début de l’ère préindustrielle jusqu’à 1986, soit sur 200 ans, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a augmenté de 25%. Réactualisée à aujourd’hui, cette concentration est maintenant de 50%. Il y a une accélération phénoménale de la concentration de CO2 dans l’atmosphère ces 30 dernières années.

Quelles sont les activités responsables du réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est dû à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES), et en particulier du dioxyde de carbone généré par les activités humaines.

Les activités humaines qui génèrent cette croissance des émissions de CO2 sont :

  • pour 41%, la production d’électricité ;
  • pour 25%, les transports ;
  • pour 18%, l’industrie et la construction.
Origine des émissions de CO2 dues à la combustion d’énergie en 2018 - AIE 2020
Source : Ministère de l'Écologie

Regardons maintenant la production d’électricité et les transports qui représentent ⅔ de ces émissions. La part des combustibles fossiles dans la production d’électricité est de :

Donc 62% de l’électricité est produite à partir d’énergies fossiles selon le dernier rapport “Global Electricity Review 2022” d’Ember.

La part des combustibles fossiles dans les transports est de :

  • 90% de pétrole aux USA en 2021, selon l’AIE,
  • 90,7% de produits pétroliers en France, en 2019 selon le Ministère de la Transition écologique
  • Et ailleurs dans le monde la tendance est similaire, voire supérieure à 90%.

On notera que la part d’électricité dans la mobilité représente un pourcentage infime en 2019.

Enfin pour compléter cette vision des activités humaines émettrices de CO2, notons également que :

  • De 1750 à nos jours, l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie ont contribué chacune pour ⅓ des émissions cumulées de CO2 dans l’atmosphère ;
  • En 2022, les 3 pays les plus émetteurs de CO2 sont : la Chine pour 38%, les USA pour 13% et l’Inde pour 9% ;
  • Enfin, 50% des personnes les plus pauvres émettent 7% des émissions de CO2, et les autres émettent 93% des émissions de CO2 (15% pour les 1% les plus riches, 37% pour les 10% les plus riches, et 41% pour les 40% restants).

Quelles solutions pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique, il faut que :

  • La production d’électricité et les transports abandonnent l’utilisation des énergies fossiles émettrice de CO2 et se font à partir d’énergie éolienne, d’énergie solaire, d’énergie hydraulique, voire d’énergie nucléaire.
  • Ou que ces activités soient réduites pour contenir très rapidement le réchauffement climatique.
graphique émissions de co2
Source : Statista

Pour lutter contre le réchauffement climatique, des leviers existent :

  • Réduire la production mondiale d’électricité à base d’énergie fossile et notamment de charbon, or celle-ci a doublé entre 2000 et 2018 (voir l’excellente infographie de CarbonBrief) ;
  • Réduire la consommation électrique ;
  • Réduire les déplacements routiers, notamment le fret, développer les transports en commun, favoriser le télétravail et l’économie circulaire ;
  • Réduire les déchets ;
  • Consommer mieux et local ;
  • Lutter contre la pollution numérique.

Et contenir la croissance des consommations à venir, et notamment :

  • le fort développement attendu du trafic aérien : Airbus et Boeing prévoient un doublement de la flotte mondiale d’avions entre 2022-2041
  • la consommation du numérique et notamment l’arrivée du Métavers : la Commission Européenne estime une augmentation de 28% de la consommation d’énergie des data centers en Europe d’ici 2030.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, pour lutter contre le réchauffement climatique, l’adaptation est nécessaire.

Pour autant les actions les plus importantes à réaliser pour lutter contre le réchauffement climatique passent par des politiques publiques locales ambitieuses et par des concertations internationales (accord de Paris) permettant d’adapter nos sociétés.

La difficulté de cette adaptation est d’autant plus grande que nos sociétés occidentales utilisent comme mètre étalon le PIB et que celui-ci est corrélé aux émissions de CO2 comme l’illustre le graphique ci-dessous :

graphique co2
Source : Green Supply Chain News


Qu'en dit le dernier rapport du GIEC ?

Le 6e rapport d’évaluation du GIEC, rédigé par 234 auteurs de 66 nationalités différentes, confirme que les activités humaines influencent le climat.

Ce rapport souligne que depuis 1750, la température moyenne s’est élevée de +1,1 °C du fait d’une augmentation continue des concentrations de gaz à effet de serre (GES).

Rapport du GIEC : 5 scénarios futurs concevables à horizon 2100

Le GIEC présente dans son rapport six scénarios d’évolution de la température moyenne globale :

graphique giec
Source : Rapport du GIEC

Chaque scénario est qualifié par 2 critères clefs : L’adaptation et l’atténuation.

Ce double enjeu étant capital pour lutter contre le changement climatique :

  • L’adaptation : pour s’acclimater aux effets du nouveau climat à venir, en réduire les nuisances et en exploiter les avantages ;
  • L’atténuation : en menant des actions concrètes permettant de limiter les émissions de GES ou de capturer et séquestrer le dioxyde de carbone présent dans  l'atmosphère avec des puits de carbone naturels comme les forêts.

SSP1-1.9 : scénario ambitieux

Le défi d’adaptation et le défi d’atténuation sont faibles :

  • CO2 : Les émissions de CO2 sont éliminées.
  • Socio-économique : Le PIB n’est plus le critère principal des économies et le bien-être global devient le critère prépondérant. Les investissements dans l’éducation et la santé permettent de réduire les inégalités.
  • Température moyenne : La température se stabilise autour de +1,5 °C d’ici 2050.

SSP1-2.6 : scénario de développement durable

Le défi d’adaptation et le défi d’atténuation sont moyens :

  • CO2 : Les émissions mondiales sont réduites, l'objectif de zéro émission est atteint après 2050.
  • Socio-économique : Le critère du PIB est remplacé par celui du bien-être, et l’investissement va vers l’éducation et la santé aussi.
  • Température moyenne : Elle se stabilise autour de +1,8 °C d'ici 2100.

SSP2-4.5 : scénario intermédiaire

Le défi d’adaptation et le défi d’atténuation sont élevés :

  • CO2 : Les émissions de CO2 se stabilisent jusqu’à 2050 puis diminuent.
  • Socio-économique : Pas de changement notable, la tendance se poursuit, et les inégalités augmentent.
  • Température moyenne : Elle augmente de 2,7 °C d'ici la fin du siècle.

SSP3-7.0 : scénario de rivalités régionales

Le défi d’adaptation est élevé et le défi d’atténuation est faible :

  • CO2 : Les émissions de C02 augmentent, sa concentration a doublé en 2100.
  • Socio-économique : Les pays privilégient leur sécurité nationale et alimentaire.
  • Température moyenne : En 2100, elle aura augmenté de 3,6 °C

SSP5-8.5 : développement basé sur les énergies fossiles

Le défi d’adaptation est faible et le défi d’atténuation est élevé :

  • CO2 : Les émissions ont doublé d’ici 2050.
  • Socio-économique : L’économie mondiale croît rapidement, le PIB reste le critère directeur de nos sociétés.
  • Température moyenne : En 2100, elle aura augmenté de 4,4 °C.

Des points de basculement positifs qui peuvent aussi changer notre futur

Des chercheurs ont identifié des points de basculement qui pourraient nous aider à changer notre futur, comme :

  • L’adoption de véhicules électriques ;
  • La décarbonation de la production d’électricité.

Nos sociétés n’ayant pas été en capacité de lutter progressivement contre le réchauffement climatique, elles doivent maintenant se transformer rapidement :

  • En doublant la vitesse de transformation à l’électricité des véhicules ;
  • En décarbonant quatre fois plus vite le secteur de la production électrique.

Comme aime à le rappeler Carbone 4 dans son document “Net Zero initiative”, avec la métaphore de la baignoire, le réchauffement climatique est difficilement réversible. La seule issue possible est de stopper toutes les émissions de CO2 le plus rapidement possible afin de stopper l’augmentation de la température moyenne.
Si nous ne faisons pas cela nous devrons nous adapter contraint et forcé dans la douleur à de nouveaux modes de vies auxquels personne n’est préparé. Toutes les régions de la Terre sont touchées et on observe l’acidification des océans. On sait que toute augmentation supplémentaire de la température impactera l’ensemble de la planète et conduira à l’augmentation du nombre de réfugiés climatiques.

Le réchauffement climatique n’est pas réversible mais il est encore temps d’agir pour limiter les phénomènes météorologiques et stabiliser les températures.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à lire notre article sur “Qu'est-ce que la transition énergétique ?


Pourquoi choisir un Power Purchase Agreement pour votre entreprise ?

Achetez en direct auprès d’un producteur d’énergie renouvelable grâce au contrat d’approvisionnement en électricité verte !
Pour l’acheteur, le PPA permet une réduction du risque de volatilité des coûts, et donc des prévisions financières stables sur la durée.

Cliquez ci-dessous pour plus d'informations :

Contactez-nous

Vos données sont uniquement utilisées pour nous permettre d'établir des conseils énergétiques et vous les communiquer. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

Cet article vous a intéressé ?
Partagez-le ! ☺️