L'IA au service de la planète : Lutte contre la pollution numérique

il y a 3 mois   •   4 minutes de lecture

Table des matières

La technologie et l’évolution de l’Intelligence artificielle contribuent à améliorer nos outils de travail. Cependant, ils sont responsables d’un grand taux de pollution. L’IA est notamment un outil très performant qu’il faut maîtriser afin de contribuer positivement à une planète plus saine.

Comment l'intelligence artificielle peut-elle contribuer à lutter contre la pollution numérique ? C'est ce qu'on va voir cette semaine dans cet article.

Qu'est-ce que la pollution numérique ?

La pollution numérique représente les effets des technologies sur l’environnement. Ces impacts se résument à l’épuisement des ressources fossiles et à un taux important de gaz à effet de serre soit 3 à 4% des émissions de CO2 dans le monde. Cependant, l’utilisation des technologies dans notre société est devenue indispensable pour certains corps de métiers. Le développement des nouveaux appareils connectés et des outils comme l’intelligence artificielle sont des révolutions qu’il faut maîtriser dans le bon sens.

L’intelligence artificielle est définie comme un outil employé par une machine pour imiter des capacités humaines telles que la réflexion, la prévoyance et la créativité.

L'IA se fait une place de plus en plus importante dans notre quotidien cependant les contreparties deviennent importantes. Selon une étude sur le site de « L’ADN », es algorithmes dont se servent les intelligences artificielles génèrent du gaz à effet de serre soit 240 tonnes de CO2 et nécessitent une grande consommation d’eau afin de refroidir les centres de données. Il est toutefois important de nuancer ses impacts en prenant en compte le type d’énergie utilisé (renouvelable ou non).

Impact environnemental du numérique : Causes et conséquences

Le gaz à effet de serre constitue la principale source de pollution dans le domaine numérique. En effet, 47% des émissions de gaz à effet de serre sont liées à la fabrication des appareils. Ainsi, la majeure partie de la pollution provient du processus de production plutôt que de l'utilisation de ces dispositifs.

La fabrication des dispositifs électroniques tels que les smartphones et les ordinateurs implique l'utilisation de matériaux rares et précieux, contribuant ainsi à l'épuisement des ressources naturelles. Ce processus de fabrication libère également des substances chimiques toxiques, entraînant une contamination de l'air et de l'eau.

Les centres de données, également connus sous le nom de Data centers, ont un impact environnemental significatif. Environ 2% des émissions de gaz à effet de serre sont causées par les systèmes de refroidissement nécessaires pour maintenir la multitude de données stockées. Ces centres de données fonctionnent en permanence, générant une quantité considérable de chaleur, ce qui oblige l'utilisation de la climatisation pour éviter les problèmes de surchauffe. Un data center consomme 1 à 5% de la consommation totale de en France.

Enfin, l’autre source de pollution numérique est associée aux actions et aux comportements des utilisateurs en ligne, notamment l'envoi de courriels, la diffusion de vidéos, l'utilisation de la 4G et les appels vidéo, qui engendrent une importante production de CO2. Par exemple, l'envoi d'un seul courriel génère environ 0,3 gramme de CO2. Cette quantité peut sembler minime, mais elle s'accumule rapidement, lorsque chaque employé est amené à envoyer plusieurs mails par jour.

Ces chiffres débouchent sur des faits connus tels que le réchauffement climatique dû à l’épuisement des ressources notamment le dioxyde de carbone (CO2).

Comment l'intelligence artificielle peut-elle contribuer à lutter contre la pollution numérique ?

Optimisation de l'efficacité énergétique

L’intelligence artificielle au service de l’environnement est un enjeu crucial pour contribuer positivement à sa mise en place. En effet, le réglage automatique des systèmes de chauffages peut-être généré par l’IA automatiquement ce qui permet de réguler la consommation d’énergie. Selon une étude, Google a pu réduire 40% de l’énergie nécessaire au fonctionnement des data centers grâce à l’IA.

Gestion des déchets électroniques

Le développement croissant des nouvelles technologies engendre une forte augmentation des déchets électroniques. Ces derniers renferment des métaux lourds et des matières plastiques susceptibles de provoquer de graves problèmes de santé mais aussi de nuire à l’environnement.

Dans l'ensemble, on peut envisager que l'intelligence artificielle représente un outil puissant pour améliorer l'efficacité du recyclage des déchets électroniques, ce qui en fait un allié précieux dans la lutte contre ce type de pollution. Son utilisation pour optimiser les procédures de recyclage des déchets électroniques et réduire leur production contribue activement à la préservation de l'environnement et à la promotion d'un avenir plus durable.

Selon la directive européenne DEEE, depuis 2003, l'Union européenne a établi les exigences concernant la mise en circulation des équipements électriques et électroniques (EEE) ainsi que le cadre de la gestion des déchets provenant de ces équipements désignés sous le terme de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE).

La directive a réussi à gérer avec succès plus de 600 000 tonnes de DEEE par an. De plus, depuis 2006, elle a engendré la création de plus de 3 000 emplois dans divers secteurs tels que la logistique, la réparation, le recyclage et la dépollution.

Développement de technologies durables

Trouver des alternatives durables pour continuer à utiliser les technologies est primordial. En effet, l'énergie solaire et éolienne peut servir d’approvisionnement aux centres de données, afin de réduire leur empreinte carbone et leur impact sur l'environnement en termes d'émissions de carbone. La France s'est fixée pour objectif d'augmenter sa part d'énergie renouvelable (la répartition des différentes sources d'énergie consommée) à 40 % d'ici 2030, par rapport aux 20 % actuels.

Cependant, l’IA est également un outil révélateur d’économie d’énergie. L'intelligence artificielle contribue notamment au développement des technologies durables en améliorant l'efficacité énergétique, en optimisant la planification de la production et de la logistique, en réduisant la production de déchets, en facilitant la conception de produits et la qualité et le contrôle des processus.

Dans ce domaine, des sites comme Green Opinion permettent de récolter les retours d’expérience des parties prenantes dans un objectif d’amélioration continue. Ils facilitent également le choix d’un produit d’assurance grâce à la gestion d’avis clients dans le domaine de l’assurance assisté par l’IA.

Surveillance de l'empreinte carbone numérique

Avec l'assistance de l'intelligence artificielle, il est aussi possible de collecter, traiter et analyser des données telles que celles liées au transport et à la consommation électrique. De manière économique, cette approche peut aider les entreprises à élaborer des évaluations détaillées de leur empreinte carbone.

L'Intelligence Artificielle révolutionne déjà notre travail, mais contribue également à la pollution numérique. Toutefois, en utilisant l'IA, on peut optimiser l'efficacité énergétique, gérer les déchets électroniques, promouvoir des technologies durables et surveiller l'empreinte carbone numérique.

L’IA offre ainsi des opportunités précieuses pour atténuer la pollution numérique et promouvoir un avenir plus respectueux de l'environnement.

Contactez-nous

Cet article vous a intéressé ?
Partagez-le ! ☺️

Poursuivre la lecture