ūüö®ÔłŹUn accord franco-norv√©gien pour stocker du CO2 sous la mer du Nord

17 juin 2024   •   1 minute de lecture

Paris, 17 juin 2024 (AFP) - L'opérateur français GRTgaz et la société énergétique norvégienne Equinor ont signé lundi un accord pour le développement d'un projet de transport et de stockage géologique de CO2 entre Dunkerque et le large de la Norvège.

"Ce projet vise à décarboner dès 2029 la zone industrialo-portuaire de Dunkerque et son territoire qui représente en France 20% des émissions de CO2 de l'industrie, soit plus de 16 millions de tonnes", ont-ils annoncé dans un communiqué.

Le CO2 sera capt√© dans les usines fran√ßaises avant de s'√©chapper dans l'atmosph√®re, puis sera transport√© via une canalisation terrestre de 30 km et, une fois compress√©, par une conduite offshore, jusqu'√† des sites de stockage g√©ologiques "s√Ľrs et permanents sous le fond de la mer au large de la Norv√®ge".

Capter et stocker le dioxyde de carbone permet d'éviter que ce gaz à effet de serre vienne augmenter la concentration de carbone dans l'atmosphère, et donc le réchauffement planétaire. De nombreux experts jugent la technologie nécessaire, à condition qu'elle ne soit pas utilisée comme un permis de continuer à polluer.

Le 25 avril, la France avait annonc√© pr√©voir de tester d√®s d√©but 2025 "quatre ou cinq projets de stockage de CO2" dans d'anciens gisements p√©troliers sur son territoire. Le but: √©viter les frais suppl√©mentaires des stockages norv√©gien ou danois, qui co√Ľteront plus cher.

La France reste tout de même associée à ces projets. L'Etat vise 20 millions de tonnes de CO2 stockées par an en 2050.

¬ę Tous droits r√©serv√©s. ¬©2024 Agence France-Presse ¬Ľ.

Contactez-nous