ūüö®ÔłŹLes investissements dans le solaire d√©passent toutes les autres sources d'√©lectricit√©, selon l'AIE

06 juin 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 6 juin 2024 (AFP) - Le soleil toujours au plus haut: les investissements dans l'électricité solaire pourraient surpasser en 2024 ceux consacrés à toutes les autres sources de production électrique, a indiqué jeudi l'Agence internationale de l'Energie (AIE) dans un rapport annuel.

Les investissements "dans la technologie solaire photovolta√Įque devraient d√©passer 500 milliards de dollars en 2024, surpassant toutes les autres sources de production (√©lectrique) r√©unies", estime l'AIE dans son opus consacr√© aux investissements dans l'√©nergie.

Comme en 2023, le solaire devrait attirer plus d'investissements que ceux dédiés à la production électrique à partir de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz), de l'éolien, du nucléaire et des barrages.

Malgr√© la hausse des taux d'int√©r√™t, qui freine les nouveaux projets, notamment dans les pays du Sud, "les investissements mondiaux dans les √©nergies propres devraient presque doubler par rapport aux combustibles fossiles en 2024, gr√Ęce √† l'am√©lioration des cha√ģnes d'approvisionnement et √† la baisse des co√Ľts des technologies propres".

Selon l'AIE, le co√Ľt des panneaux photovolta√Įques a recul√© de 30 % ces deux derni√®res ann√©es.

Selon l'AIE, en 2024 le monde dépensera 2.000 milliards de dollars pour s'équiper dans les énergies propres (solaire, éolien et nucléaire, véhicules électriques, réseaux et stockage électriques, carburants bas carbone, efficacité énergétique, pompes à chaleur): deux fois plus que le montant pour les énergies fossiles (1.000 milliards).

Les investissements pour l'extraction et la production de gaz et de pétrole devraient atteindre cette année 570 milliards de dollars (+7% après 9% en 2023).

L'an dernier, les investissements dans l'électricité renouvelable et les réseaux avaient "dépassé pour la première fois le montant consacré aux combustibles fossiles", souligne l'Agence de l'énergie de l'OCDE basée à Paris.

"Les investissements dans les énergies propres établissent de nouveaux records, même dans des conditions économiques difficiles, ce qui met en lumière la dynamique de la nouvelle économie énergétique mondiale", a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE.

L'AIE souligne toutefois qu'"il existe d'importants déséquilibres en matière d'investissement".

En excluant le mastodonte chinois, les 300 milliards de dollars prévus en 2024 dans les économies émergentes et en développement sont bien loin de "ce qui est nécessaire pour répondre à la demande croissante d'énergie dans bon nombre de ces pays".

"Il faut faire davantage pour que les investissements aillent dans les endroits o√Ļ ils sont le plus n√©cessaires", plaide M. Birol.

Les Etats et entreprises accélèrent les investissements dans les énergies propres pour réduire les rejets de gaz à effet de serre issus des énergies fossiles, qui réchauffent la planète.

Selon l'AIE, il faudrait doubler les investissements pour tripler la capacité des énergies renouvelables d'ici 2030.

¬ę Tous droits r√©serv√©s. ¬©2024 Agence France-Presse ¬Ľ.

Contactez-nous