ūüö®ÔłŹ√Člectricit√© : les prix propos√©s par EDF aux industriels "pas suffisamment comp√©titifs", estime Le Maire

21 juin 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 20 juin 2024 (AFP) - EDF et ses clients industriels gros consommateurs d'électricité devront "rouvrir" une négociation pour parvenir à signer des contrats d'approvisionnement à long terme, a estimé jeudi Bruno Le Maire selon lequel les tarifs proposés par EDF ne sont "pas suffisamment compétitifs pour l'industrie française".

"Nous rouvrirons la négociation des contrats avec EDF parce que le prix de sortie n'est pas suffisant, n'est pas suffisamment compétitif pour l'industrie française", a déclaré le ministre lors de sa présentation du programme économique du parti présidentiel devant les représentants patronaux réunis au Medef à Paris avant les élections législatives anticipées.

"Si on ne produit pas plus d'électricité décarbonée dans notre pays, c'est l'ensemble de notre tissu économique - PME, commerçants, grandes entreprises industrielles - qui sera menacé", a-t-il lancé devant un parterre de patrons.

"Nous avons proposé des contrats à long terme. Est-ce que le prix est satisfaisant? Non. Est-ce qu'il faudra par conséquent rouvrir la négociation avec EDF ? Ma réponse est oui" a-t-il affirmé.

M. le Maire est déjà intervenu pour tenter de débloquer la situation figée entre EDF et ses gros clients afin qu'ils parviennent à un accord sur le tarif des contrats d'allocation de production nucléaire (CAPN). Une clause de revoyure était prévue en juin pour faire le point sur le sujet.

En clair, pour l'après 2025, EDF propose aux industriels dits électro-intensifs (gros consommateurs d'électricité) comme la sidérurgie ou la chimie, un tarif préférentiel sur 10 à 15 ans, en échange d'une prise de risque sur le financement du parc nucléaire existant et à venir.

Depuis novembre, quatre industriels seulement ont signé une lettre d'intention en ce sens avec EDF. Deux sont dans l'acier décarboné. Il s'agit d'ArcelorMittal et de Gravithy à Fos sur mer. Les noms des deux autres ne sont pas rendus publics.

La chimie s'est plainte des tarifs proposés, jugés trop élevés et le secteur de l'hydrogène estime aussi les prix non compétitifs.

Depuis le début des négociations en novembre, EDF a alloué "environ 10 terawattheures" par an sur une durée de 10 à 15 ans dans les quatre contrats annoncés, et dispose encore de 14 Twh par an pour atteindre la limite de 24 Twh qu'il s'est fixé.

EDF "ne souhaite pas verrouiller le marché", les industriels électro-intensifs peuvent aussi couvrir leurs besoins avec des contrats de fourniture classique auprès d'EDF ou de fournisseurs alternatifs" fait valoir l'électricien.

¬ę Tous droits r√©serv√©s. ¬©2024 Agence France-Presse ¬Ľ.

Contactez-nous