đŸššïžNuclĂ©aire: corrosion sur un rĂ©acteur, EDF maintient ses prĂ©visions de production

07 mars 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 7 mars 2024 (AFP) - De la corrosion, phénomÚne qui avait immobilisé une partie du parc nucléaire français l'hiver dernier, a été décelée sur le réacteur de Blayais 4 (Gironde), a indiqué jeudi EDF, confirmant une information du Parisien mais soulignant que cela n'affectait pas sa prévision de production nucléaire pour cette année.

Depuis cette crise de 2022-23, "un programme de contrĂŽles" spĂ©cifiques est prĂ©vu lors des arrĂȘts de rĂ©acteurs pour maintenance, a dĂ©clarĂ© un porte-parole d'EDF, et d'aprĂšs le "retour d'expĂ©rience, un arrĂȘt sur trois est susceptible de se prolonger d'une durĂ©e moyenne de 30 jours" du fait de ce problĂšme de corrosion.

Cette probabilité a été intégrée dans les prévisions de production nucléaire nationale pour 2024, fixées à 315-345 térawattheures (TWh), a ajouté l'électricien.

A la centrale du Blayais, la corrosion a été détectée sur deux soudures. "On procÚde au remplacement des portions concernées", a-t-on précisé, en notant que ce type de "remplacement s'est industrialisé" avec ce programme de contrÎles, prévu jusqu'en 2025, qui "se déroule comme annoncé".

La crise de la corrosion, affectant des conduites d'eau d'urgence destinĂ©es au refroidissement des centrales en cas d'incident, avait dĂšs fin 2021 mis Ă  l'arrĂȘt de nombreux rĂ©acteurs parmi les 56 que compte le parc français.

Les 16 réacteurs les plus récents et les plus puissants (1.300 et 1.450 MW) ont été diagnostiqués comme les plus sensibles au problÚme. Quinze d'entre eux ont été réparés, et le 16e, Cattenom 4, est en cours de vérification, à l'occasion de sa visite décennale, selon EDF.

Les autres, de 900 MW et plus anciens, dont Blayais fait partie, sont considérés comme moins exposés au problÚme, mais pour autant pas exempts, comme le cas précédent de Chinon l'a montré.

En 2022 la production nucléaire d'EDF avait chuté à 279 TWh, son plus bas niveau depuis 30 ans, ce qui avait contraint la France à importer de l'électricité, une premiÚre depuis 42 ans.

En 2023, la production a augmenté de 15% par rapport à celle de 2022, grimpant à 320,4 TWh, d'aprÚs l'entreprise publique.

« Tous droits réservés. ©2024 Agence France-Presse ».

Contactez-nous