ūüö®ÔłŹHydrog√®ne: l'Etat accorde une aide de 149 M euros pour un deuxi√®me √©lectrolyseur pr√®s du Havre

18 mars 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 18 mars 2024 (AFP) - L'Etat va accorder une aide de 149 millions d'euros pour financer l'installation d'un deuxième électrolyseur près du Havre afin de produire de l'hydrogène servant à décarboner l'industrie dans l'embouchure de la Seine, a annoncé le ministre de l'Industrie Roland Lescure lundi.

Cet électrolyseur d'une puissance de 100 mégawatts (MW) produira de l'hydrogène pour décarboner les processus de l'usine d'engrais azotés Yara, qui fait partie des 50 sites industriels les plus émetteurs de gaz à effet de serre en France, a indiqué le cabinet du ministre délégué à l'Industrie et à l'Energie, en visite dans la région lundi.

L'aide est accordée à la start-up française Lhyfe, l'architecte du projet. Elle est issue du programme d'investissements France 2030 destiné à encourager les technologies d'avenir, de rupture ou de décarbonation via les programmes européens PIIEC (programme important d'intérêt européen commun).

La mise en service de l'électrolyseur est attendue pour 2028, a indiqué Lhyfe, premier producteur d'hydrogène vert et renouvelable de France. La société a aujourd'hui trois sites sur le territoire national, en Vendée, dans le Morbihan et en Haute-Garonne. L'hydrogène bas carbone qui sera produit remplacera "15% du gaz naturel" utilisé par l'usine Yara, a précisé le ministère.

"L'approvisionnement en électricité" servant à alimenter cet électrolyseur "comprendra des énergies renouvelables disponibles sur le réseau français", ainsi que de "l'énergie nucléaire" quand ces énergies vertes "ne sont pas disponibles", compte tenu de leur intermittence, a ajouté le ministère, interrogé par l'AFP.

"Le but recherch√© est de parvenir √† 100% d'√©lectricit√© verte pour ce projet, via notamment des Power purchase agreements (PPA, contrats de gr√© √† gr√© entre producteur et consommateur, ndlr) et de s√©curiser un approvisionnement √©lectrique renouvelable" a-t-on nuanc√© du c√īt√© de chez Lhyfe, tout en reconnaissant que les besoins sont "√©normes". "Il est trop t√īt pour indiquer pr√©cis√©ment l'approvisionnement", a-t-on ajout√© de m√™me source.

A Bouin en Vendée, Lhyfe a acheté un électrolyseur au groupe norvégien NEL. Les deux autres sites français, de Buléon (Morbihan) et Bessières (Haute-Garonne) sont équipés d'électrolyseurs Plug (Etats-Unis).

Ce projet s'ajoute au premier projet d'√©lectrolyseur bas carbone dans la r√©gion, baptis√© Normand'Hy, d'une puissance de 200 MW, pr√©vu √† partir de 2025 √† Port-J√©r√īme (Seine-Maritime) par Air Liquide pour d√©carboner essentiellement la plateforme voisine de raffinage-chimie de TotalEnergies de Gonfreville (Seine-Maritime).

L'investissement total de ce projet, qui a reçu 190 millions d'euros d'aide publique, est de 400 millions d'euros.

¬ę Tous droits r√©serv√©s. ¬©2024 Agence France-Presse ¬Ľ.

Contactez-nous