đŸššïžDette: les dĂ©penses Ă©nergĂ©tiques mettent la France "au pied du mur", selon Moscovici

15 mars 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 15 mars 2024 (AFP) - Le premier président de la Cour des comptes Pierre Moscovici a lancé vendredi une nouvelle alerte sur l'endettement de la France, aggravé selon lui par les dispositifs de soutien aux ménages et aux entreprises pendant la récente crise énergétique.

"Nous sommes au pied du mur", s'est inquiété l'ancien ministre des Finances, lors d'une conférence de presse consacrée aux mesures exceptionnelles mises en place par le gouvernement pour protéger les consommateurs de la flambée des prix de l'énergie consécutive à l'offensive russe contre l'Ukraine en 2022.

Bouclier tarifaire sur l'Ă©lectricitĂ© et le gaz, remise sur les carburants, chĂšques exceptionnels: "Nous avons fait du +quoi qu'il en coĂ»te+ trĂšs rĂ©pandu, sans ciblage, nous avons fait davantage que nos voisins et donc nous arrivons Ă  une situation oĂč nous ne pouvons plus nous endetter", a insistĂ© Pierre Moscovici, trois jours aprĂšs un premier coup de semonce dans le rapport public annuel de la Cour des comptes.

"Les dépenses exceptionnelles s'amoncellent dans le domaine de l'énergie (...) Si des solutions existent pour rendre la politique publique de l'énergie plus efficiente, alors il faut impérativement les saisir. Il faut reprendre nos finances publiques en main", a plaidé le premier président.

Contrairement à la pandémie du Covid, durant laquelle la Cour avait jugé fondées les milliards d'euros de dépenses de l'Etat, l'inflation énergétique "n'est pas un phénomÚne existentiel que nous n'avons jamais rencontré", a-t-il ajouté.

Le "quoi qu'il en coĂ»te" dĂ©cidĂ© par le gouvernement pendant la crise Ă©nergĂ©tique "pouvait ĂȘtre rĂ©flĂ©chi davantage que d'autres", a-t-il jugĂ©. "Autant nous avons validĂ© totalement (les soutiens publics pendant le) Covid, autant nous nous permettons quelques rĂ©flexions sur la crise Ă©nergĂ©tique et l'inflation", a conclu Pierre Moscovici.

Depuis la remontĂ©e des taux d'intĂ©rĂȘt et Ă  l'heure oĂč la dette française dĂ©passe les 111% du produit intĂ©rieur brut (PIB), le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a annoncĂ© Ă  de nombreuses reprises la fin du "quoi qu'il en coĂ»te".

Plus de 10 milliards d'euros de dépenses énergétiques ont ainsi été supprimées par le gouvernement entre 2023 et 2024, le bouclier sur les prix du gaz a disparu à l'été 2023 et celui sur les prix de l'électricité doit s'éteindre d'ici à la fin de l'année.

Dans un rapport publié vendredi, la Cour des comptes chiffre à 36 milliards d'euros la facture nette des dispositifs de soutien aux consommateurs déployés par l'Etat entre 2021 et 2024.

« Tous droits réservés. ©2024 Agence France-Presse ».

Contactez-nous