đŸššïžNuclĂ©aire: l'ElysĂ©e annonce de futurs "investissements importants" sur le site de La Hague

27 fĂ©vrier 2024   •   1 minute de lecture

Paris, 27 fév 2024 (AFP) - Le site Orano de retraitement de déchets nucléaires de La Hague, dans la Manche, "fera l'objet d'investissements importants", a annoncé mardi l'Elysée au lendemain d'un conseil de politique nucléaire présidé par Emmanuel Macron.

Ce conseil, le troisiÚme du genre aprÚs ceux de janvier et juillet 2023, "a confirmé les grandes orientations de la politique française sur l'aval du cycle (du combustible nucléaire) combinant le retraitement, la réutilisation des combustibles usagés et la fermeture du cycle", a indiqué la présidence. "Dans cette perspective, le site de La Hague fera l'objet d'investissements importants", a-t-elle ajouté sans fournir de calendrier ni de montants.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s'est inquiétée par le passé de la "saturation prévisible à horizon 2030" des piscines d'entreposage des combustibles usés sur ce site du groupe français Orano. Face à ce risque de saturation, l'électricien EDF porte un projet de nouvelle piscine sur place, et une concertation est en cours.

Emmanuel Macron présidera un nouveau conseil de politique nucléaire à l'automne 2024 qui permettra notamment de "faire le point" sur "les petits réacteurs innovants", aussi appelés SMR (Small modular reactors). Le chef de l'Etat veut faire de ces "réacteurs modulaires" un pilier du développement du nucléaire en France mais le site d'implantation du projet Nuward, porté par EDF en partenariat avec le CEA, Naval Group, Framatome et Tractebel, n'a pas encore été annoncé.

Le président de la République a annoncé fin 2022, dans un discours prononcé à Belfort, sa volonté de faire du nucléaire un axe majeur de la politique énergétique française pour sortir des énergies fossiles et réduire les émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique.

Lundi, le conseil a par ailleurs "pris note de l'amélioration du fonctionnement du parc nucléaire (permettant une augmentation de la production de 15% en 2023, par rapport à 2022)". L'année 2022 avait été en effet marquée par des problÚmes de corrosion sous contrainte détectés ou soupçonnés dans de nombreux réacteurs.

« Tous droits réservés. ©2024 Agence France-Presse ».

Contactez-nous