đŸššïžL'UE adopte son plan pour les industries vertes face Ă  PĂ©kin et Washington

07 fĂ©vrier 2024   •   2 minutes de lecture

Bruxelles, 6 fév 2024 (AFP) - Le Parlement européen et les Etats membres de l'UE se sont accordés mardi sur des allÚgements réglementaires qui doivent renforcer la compétitivité des technologies vertes européennes face à la Chine et aux Etats-Unis, sans discriminer le nucléaire.

Panneaux solaires, éoliennes, batteries, pompes à chaleur, hydrogÚne renouvelable... L'UE a fait de ces technologies une priorité pour atteindre la neutralité carbone en 2050, bùtir sa souveraineté énergétique et s'affranchir des hydrocarbures russes.

Elle entend apporter un soutien réglementaire à ces secteurs pour fabriquer davantage en Europe et s'assurer une part significative d'un marché qui devrait tripler à 600 milliards d'euros par an d'ici à 2030.

Le "rÚglement pour une industrie à zéro émission" de gaz à effet de serre met en place des procédures simplifiées et des délais raccourcis pour autoriser l'implantation d'usines fabriquant les composants des secteurs jugés stratégiques.

Ces délais seront limités à 18 mois pour les plus gros projets et 12 mois pour des projets de moindre ampleur.

Contrairement à la proposition initiale de la Commission européenne présentée en mars 2023, le texte inclut toute la filiÚre nucléaire dans la liste des technologies stratégiques, une victoire importante pour la France et une dizaine d'autres pays comme la SuÚde ou la Pologne qui misent sur l'atome pour assurer leur approvisionnement en électricité décarbonée.

La liste inclut aussi le captage et le stockage de CO2.

Chaque Etat membre restera cependant libre d'exclure le nucléaire ou toute autre technologie des dispositifs de soutien.

Embryon de préférence européenne

Afin de favoriser les fournisseurs europĂ©ens, le rĂšglement inclut par ailleurs des critĂšres environnementaux et de rĂ©silience dans 30% des appels d'offre d'Ă©nergies renouvelables comme les champs Ă©oliens ou les installations photovoltaĂŻques. Ce chiffre pourra ĂȘtre revu ultĂ©rieurement Ă  la hausse par la Commission europĂ©enne.

"Aujourd'hui, les technologies propres sont majoritairement produites hors de l'UE, conduisant à des dépendances stratégiques envers des pays tiers", souligne l'eurodéputé Christophe Grudler (Renew, centriste) qui salue la création d'un "embryon de préférence européenne".

Plus de 90% des panneaux solaires installés en Europe sont aujourd'hui fabriqués en Chine.

Ce plan constitue une rĂ©ponse aux aides d'État chinoises et amĂ©ricaines ("Inflation Reduction Act"). L'UE entend combler son retard et se fixe l'objectif d'assurer 40% de ses besoins en technologies vertes avec ses propres usines d'ici 2030.

Sur le volet financements, les ambitions restent faibles. Le programme prévoit seulement 1,5 milliard d'argent frais et consiste essentiellement en des redéploiements d'enveloppes existantes comme des aides à la recherche et développement.

L'Allemagne et d'autres contributeurs nets au budget de l'UE ont rejeté l'idée d'un "fonds de souveraineté" européen poussée notamment par la France.

Le rĂ©seau d'ONG environnementales EEB a critiquĂ© le nouveau rĂšglement, regrettant qu'il accorde "aux technologies coĂ»teuses et lentes telles que l'Ă©nergie nuclĂ©aire et le stockage du carbone le mĂȘme niveau de soutien public" qu'Ă  l'Ă©olien et au solaire.

« Tous droits réservés. ©2024 Agence France-Presse ».

Contactez-nous