ūüö®ÔłŹRemaniement : Bercy r√©cup√®re l'√©nergie, suscitant des inqui√©tudes

12 janvier 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 11 jan 2024 (AFP) - Le minist√®re de l'√Čconomie va r√©cup√©rer l'√©nergie √† la faveur du remaniement gouvernemental, un mouvement qui doit selon Bruno Le Maire favoriser la bonne "r√©alisation du programme nucl√©aire fran√ßais" mais qui suscite l'inqui√©tude de d√©fenseurs de l'environnement.

"Avoir la responsabilité de l'énergie, c'est se donner les meilleures chances d'accélérer la réindustrialisation du pays et la réalisation du programme nucléaire français", s'est félicité dans Le Figaro Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, confirmé jeudi à Bercy.

Ce transfert de l'énergie sera confirmé dans des décrets d'attribution dont la date de publication n'a pas été précisée, a indiqué son entourage à l'AFP.

La question des énergies était jusqu'à présent portée par une ministre de plein exercice, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique dans le précédent gouvernement, également chargée du climat.

Parmi les gros dossiers figure le nucléaire, alors que le président Emmanuel Macron avait annoncé en 2022 un programme de six nouveaux réacteurs EPR, avec huit supplémentaires en option.

"C'est casser une organisation qui datait de 2007 o√Ļ la transition √©cologique √©tait le fil conducteur entre l'√©nergie, les transports, le logement" et "un tr√®s mauvais signal", a aussit√īt regrett√© aupr√®s de l'AFP Anne Bringault, directrice des programmes au R√©seau Action Climat (RAC), apr√®s l'annonce du nouveau gouvernement.

Le WWF France a également qualifié d'"inquiétante" la "disparition du ministère de la transition énergétique dans l'organigramme gouvernemental et son rattachement au ministère de l'Economie".

"C'est un recul de 15 ans. Comment le Premier ministre pourra-t-il encore prétendre être en charge de la planification écologique et de la planification énergétique alors que ces deux portefeuilles seront à nouveau écartelés entre des ministères et des intérêts opposés?", regrette le WWF dans un communiqué.

Ce dernier juge en revanche que le maintien de Christophe Béchu à la Transition écologique est "gage de stabilité".

"Il nous reste tant √† faire", a de son c√īt√© r√©agi Christophe B√©chu sur X (ex-Twitter), citant "l'adaptation de notre pays aux cons√©quences du d√©r√®glement climatique, le d√©veloppement d'une √©conomie plus durable, la planification √©cologique dans tous nos territoires".

¬ę Tous droits r√©serv√©s. ¬©2024 Agence France-Presse ¬Ľ.

Contactez-nous