đŸššïžNuclĂ©aire: concertation ouverte sur la prolongation des rĂ©acteurs de 1.300 MW aprĂšs 40 ans

18 janvier 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 18 jan 2024 (AFP) - Une concertation s'ouvre au public à partir de jeudi et jusqu'au 30 juin sur les conditions de sûreté de la poursuite d'exploitation par EDF des 20 réacteurs de 1.300 MW, lorsque ceux-ci dépasseront 40 ans de service.

"L'objectif est d'associer le public aux enjeux et objectifs de sûreté liés à la poursuite de fonctionnement des réacteurs concernés au-delà de 40 ans", a indiqué le Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).

Le public est invité à se "prononcer sur les dispositions de sûreté proposées par EDF" pour prolonger l'exploitation de 20 réacteurs, parmi les plus récents du parc nucléaire, répartis sur 8 sites (Belleville, Flamanville, Golfech, Nogent-sur-Seine, Paluel, Penly, Saint-Alban).

"Alors mĂȘme qu'elle n'est pas prĂ©vue par la loi, l'objectif de cette consultation" volontaire est que "le public puisse s'approprier cette question le plus en amont possible", "faire des propositions" avant toute dĂ©cision de l'autoritĂ© de sĂ»retĂ© nuclĂ©aire (ASN) sur la poursuite d'exploitation, a soulignĂ© lors d'un point presse Christine Noiville, prĂ©sidente du HCTISN.

Cette consultation porte sur la phase "générique" du processus du 4e réexamen périodique auquel devra se soumettre chaque réacteur pour passer le cap des 40 ans. Paluel I sera le premier de ces réacteurs à passer sa visite décennale des 40 ans, à partir de 2026.

Les réexamens périodiques réalisés tous les 10 ans par EDF visent à réévaluer le niveau de sûreté de ces installations, à la lumiÚre des retours d'expérience.

Avec ce réexamen, "nous cherchons à atteindre un niveau de sûreté qui soit aussi proche que possible de celui des réacteurs de 3e génération (les EPR)", a déclaré Etienne Dutheil, directeur de la division production nucléaire EDF.

"Mais les enjeux ne sont pas que techniques et la concertation ne pourra pas se soustraire aux questions de politique énergétique, de l'opportunité de prolonger les centrales ou encore du changement climatique et de la ressource en eau", a souligné Jean-Claude Delalonde, président de l'Association nationale des comités et commissions locales d'informations (ANCCLI) présentes sur les territoires de centrales nucléaires.

Placée sous l'égide de deux garants de la commission nationale du débat public (CNDP) choisis par le HCTISN, cette consultation se déclinera sous la forme de webinaires, ateliers thématiques, contributions en ligne via le site https://concertation.suretenucleaire.fr/ et de réunions publiques dont la premiÚre est prévue le 20 février à Cherbourg.

« Tous droits réservés. ©2024 Agence France-Presse ».

Contactez-nous