đŸššïžElectricitĂ©: il faut trouver "un moyen d'ĂȘtre en-dessous des 70 euros le MWh", dit PouyannĂ©

19 janvier 2024   •   2 minutes de lecture

Paris, 19 jan 2024 (AFP) - Le PDG de TotalEnergies Patrick PouyannĂ© a estimĂ© vendredi depuis le forum Ă©conomique mondial de Davos qu'il faut trouver "un moyen d'ĂȘtre en-dessous des 70 euros" le mĂ©gawattheure (MWh), Ă  propos de l'accord trouvĂ© en novembre entre EDF et l'Etat sur le prix de l'Ă©lectricitĂ© nuclĂ©aire.

"Sur l'Ă©lectro-intensif, je pense qu'effectivement, si on a 70 euros, ça va ĂȘtre compliquĂ©", a dĂ©clarĂ© le dirigeant, interrogĂ© par BFM Business sur cet accord qui doit permettre Ă  EDF de vendre son Ă©lectricitĂ© Ă  un prix moyen stable de 70 euros le MWh Ă  partir de 2026.

"Il faut que, pour les industries Ă©lectro-intensives, on trouve un moyen d'ĂȘtre en dessous des 70 euros", a-t-il soulignĂ© en rappelant que TotalEnergies est Ă  la fois "un fournisseur (d'Ă©lectricitĂ©)" mais aussi en tant que "raffineur" (de pĂ©trole), un Ă©lectro-intensif, c'est-Ă -dire un gros consommateur d'Ă©nergie comme le sont les industries de la chimie, de l'acier, du verre.

Pour autant, le dirigeant estime qu'il s'agit d'un prix "assez correct pour à la fois faire cette transition énergétique et financer les nouvelles tranches nucléaires" d'EDF.

"C'est tout ça qu'on cherche Ă  faire en mĂȘme temps, il y a des investissements Ă  faire, donc moi, je prĂ©fĂšre ĂȘtre dans +trouver un moyen d'ĂȘtre ensemble+", a-t-il dit.

L'accord trouvé entre l'Etat et EDF fixe un prix moyen de référence de 70 euros pour l'intégralité de la production nucléaire vendue par EDF alors que dans le systÚme actuel, qui prend fin à partir de 2026, environ un tiers de la production des réacteurs est vendue à un prix bradé de 42 euros le MWh. Annoncé en novembre, il suscite des critiques parmi les associations de consommateurs et les industriels inquiets pour leur compétitivité.

Celui-ci consacre aussi la possibilité à l'exploitant nucléaire de signer des contrats de long terme avec des industriels grands consommateurs d'énergie ce qui lui permettrait selon lui de sécuriser ses investissements colossaux dans ses réacteurs actuels et futurs.

RĂ©pĂ©tant qu'il Ă©tait prĂȘt "signer des contrats de 15, 20 ans" pour "aider finalement Ă  financer" de nouveaux rĂ©acteurs nuclĂ©aires, Patrick PouyannĂ© a fait savoir que rien n'Ă©tait "encore signĂ©" avec EDF.

"On a fait un appel et Luc RĂ©mont (PDG d'EDF) m'a dit qu'ils seraient prĂȘts un jour Ă  venir entrer dans une discussion avec nous et donc j'espĂšre qu'elle va s'engager", a-t-il dit.

« Tous droits réservés. ©2024 Agence France-Presse ».

Contactez-nous