🚨️Voitures, rénovations, biogaz: le gouvernement chiffre les réductions d'émissions de gaz à effet de serre pour 2030

24 juillet 2023   •   3 minutes de lecture

Par La Rédaction

Paris, 24 juil 2023 (AFP) - A quoi devra ressembler la France en 2030 si le pays veut remplir son objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50% d'ici 2030 par rapport à 1990? De nouveaux éléments chiffrés viennent d'être publiés par le secrétariat général à la planification écologique (SGPE).

Emmanuel Macron a annoncé vendredi que la planification écologique faisait partie de ses quatre chantiers prioritaires pour la rentrée, précisant que sa stratégie complète serait présentée à la "fin de l'été". Cette feuille de route devait initialement être détaillée début juillet mais avait été reportée en raison des émeutes.

Le but: faire baisser les émissions de gaz à effet de serre de la France de 403,8  millions de tonnes de CO2 équivalent (Mt CO2e) en 2022 à 270 millions en 2030. Le nouveau "tableau de bord" publié par le SGPE répartit ces économies de façon plus fine qu'auparavant.

- Energies et industries

C'est le plus gros potentiel de réduction selon le gouvernement.

La part totale des énergies renouvelables dans l'ensemble de la production électrique devra passer de 26% à 34% d'ici 2030.

L'énergie solaire devra être multipliée par trois, l'éolien offshore par près de quatre, tandis que l'éolien terrestre devra progresser de plus 55%.

Le biogaz devra passer de 8 térawatt-heures en 2020 à 50 en 2030.

Les usines d'acier, de ciment ou d'autres industries devront fortement réduire leurs émissions, via notamment le captage de CO2, une technologie encore embryonnaire, mais pas seulement.

Les 50 sites les plus émetteurs hors raffinage devront ainsi passer de 43 Mt CO2e émis en 2022 à 25, et le reste de l'industrie de 33 à 20. Les objectifs de réduction des émissions des activités de raffinage, particulièrement polluantes, ne sont pas précisés.

Le tertiaire devra aussi apprendre à se passer de fioul (plus de 80% de baisse demandée) et de gaz (environ -40%) via ses chaudières, alors que le gouvernement français s'interroge sur l'opportunité d'interdire l'installation de toute nouvelle chaudières à gaz neuves.

- Transports

Le gouvernement prévoit que 66% des voitures neuves vendues en 2030 soient électriques, contre 15% aujourd'hui (en 2035, selon une loi européenne, ce sera 100%).

Le gouvernement table sur une explosion du covoiturage, source énorme d'économies: alors que le nombre de trajets covoiturés par jour est en 2023 de 21.000, il devra passer à 196.000 en 2030.

Le nombre de pistes cyclables devra atteindre 150.000 kilomètres en 2030 contre 61.000 à fin 2023, tandis que les parts des voyages effectués en train et en transports en commun urbains devront également croître, de 20 milliards de km-voyageurs pour le premier et de 15 milliards pour le second.

Le gouvernement reconnaît que le trafic aérien ne pourra guère qu'être maîtrisé: en métropole, il passera de 237 milliards de passagers kilomètres transportés en 2019 à 265 en 2030 (une hausse un peu moindre qu'entre 2015 et 2019).

- Bâtiments

Les émissions annuelles domestiques du secteur du bâtiment vont devoir être réduites de plus de moitié, avec deux grands leviers.

D'une part, le gouvernement espère voir décupler le nombre de rénovations globales de logements via MaPrimeRenov, jusqu'à 900.000 par an en 2030.

D'autre part, la part des résidences principales chauffées au fioul devra être divisée par trois entre 2020 et 2030, pour atteindre 3,6%.

Quant à l'avenir des chaudières à gaz dans le résidentiel, le gouvernement se garde de toute prévision publique.

- Agriculture

Le secrétariat anticipe 21% de surfaces en bio en 2030 contre 11% en 2022, ce qui réduira les volumes d'engrais azotés (dont l'ingrédient principal est le gaz fossile).

Autres leviers: moins de tracteurs au diesel, et le doublement des cultures de légumineuses.

Concernant l'élevage, les émissions de méthane (les rots de vaches) devront être ramenées à 32,5 millions de tonnes par an contre 36,9 en 2022. Mais aucun objectif de réduction de la consommation de viande n'est donné...

  • Et la suite ?

Ces premiers indicateurs "seront complétés, dans le courant de l'année, par des indicateurs plus complets, y compris pour couvrir les autres enjeux de la planification écologique (biodiversité, adaptation, ressources naturelles, etc)", précise le SGPE.


« Tous droits réservés. ©2023 Agence France-Presse ».

Contactez-nous