🚨️La consommation mondiale de gaz enregistre une baisse historique de 1,6% en 2022

01 juin 2023   •   2 minutes de lecture

Par La Rédaction

Paris, 31 mai 2023 (AFP) - La consommation mondiale de gaz a connu une baisse historique de 1,6% en 2022, dans le sillage de la guerre en Ukraine et des ruptures d'approvisionnement du gaz russe vers l'Europe, selon des données préliminaires de Cedigaz, l'association internationale pour l'information sur le gaz.

D'origine essentiellement fossile, la consommation mondiale de gaz a reculé à 4.000 milliards de m3 "dans un contexte de crise énergétique sans précédent et de forte inflation", a souligné Cedigaz dans un communiqué du 15 mai.

Cette baisse peut être qualifiée d'historique, selon l'association jointe par l'AFP mercredi, après une hausse record de 4,5% en 2021 et une baisse de 2% en 2020, année particulière marquée par la pandémie de Covid-19.

Mais 2022 restera l'année de "la pire crise du gaz naturel et de l'énergie de l'histoire en raison de l'invasion russe de l'Ukraine", estime Cedigaz qui compte une centaine de membres dans 40 pays.

"L'année 2022 a notamment connu la plus forte baisse de la consommation de gaz de l'UE de l'histoire, en baisse de 13% à 353 milliards de m3", relève l'association.

Des baisses importantes ont également été enregistrées dans les pays de la CEI et en Ukraine (-4,6%) ainsi qu'en Asie-Océanie (-1,6%), contrastant avec des croissances en Amérique du Nord et au Moyen-Orient.

Parmi les raisons de cette baisse: un hiver doux qui a réduit "la demande de gaz du secteur résidentiel-commercial" dans l'hémisphère Nord; l'économie chinoise au ralenti et la flambée des prix du gaz, qui a freiné la demande dans l'industrie et entraîné un mouvement d'économies d'énergie.

Alors que le gaz russe jouait un "rôle prédominant" dans l'approvisionnement européen, les exportations par gazoduc vers l'Europe "ont chuté au niveau le plus bas observé depuis le milieu des années 1980, entraînant une perte de 77 milliards de m3, soit l'équivalent de 20% de la consommation de gaz de l'UE en 2021", détaille Cedigaz.

Cette nouvelle donne a poussé le continent à diversifier ses approvisionnements, grâce à des importations de gaz gazeux de Norvège et à "une montée en puissance rapide des approvisionnements en GNL" (gaz naturel liquéfié) américain, acheminé par bateau.

Le GNL constituait 32% de l'approvisionnement européen en gaz en 2022, contre 19% en 2021 et 2020.

Dans ce contexte, la production mondiale de gaz est restée stable. "La forte perte des ventes de gaz russe a été compensée par une forte croissance de la production", au Moyen-Orient (+14 milliards m3) et surtout aux États-Unis (+41 milliards m3).

La part des États-Unis dans la production mondiale de gaz est passée de 24% à 25% entre 2021 et 2022, la Russie de 18% à 15,5%.

Les flux nets internationaux de GNL auront "dépassé ceux des flux par gazoduc pour la première fois en 2022", la part du GNL passant à 51% (46% en 2021).

Mais l'"expansion notable du commerce du GNL (+4,7%)" n'a pas "réussi à compenser une contraction historique et énorme (-12,7%) du commerce par pipeline". Au total, le commerce international de gaz a chuté de 4,7% à 1.016 milliards de m3.


« Tous droits réservés. ©2023 Agence France-Presse ».

Contactez-nous